Givre

Vendredi 3 janvier 2014

Jardin dessiné sur la pierre, jardin souligné par les dentelles de glace… Il suffit de poser un regard différent sur les mosaïques qui nous entourent pour y voir des dentelles fines…

« Elle pénétra dans son jardin, le menton haut, coiffée d’une invisible couronne de sagesse. Le froid avait enveloppé chaque brin d’herbe, chaque feuille, chaque fleur tardive égarée dans l’hiver, d’une laque blanchâtre. Quelle minutie, pensa Frédelle. Pas une tige oubliée par le givre, pas une nervure, pas une foliole qui ne soit délicatement enveloppée de l’organza craquant du gel. Sous le pinceau presque horizontal du soleil blanc, les gouttelettes de rosée cristallisées fondaient en carillonnant, sans cesse ressoudées par la caresse du vent glacé qui disputait à l’imperceptible chaleur des ayons un règne dont personne ne se souciait. Elle approcha sa paume d’une rose éclose à contretemps et la retira aussitôt, craignant, par la tiédeur de la peau, de bouleverser la perfection de cette bataille spontanée dont elle ne pouvait être que la spectatrice. »

Agnès Desarthe, Le principe de Frédelle, L’Olivier, 2003, p. 157

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s