Les zèbres

Lundi 16 décembre 2013

Cette semaine, je vous propose une petite déambulation dans les rues de Toscane, entre ombre et lumière.

« Lumière entre les lattes en bois

des persiennes d’hôtel mi-closes

à gauche sur la place de la gare

lumière qui tombait découpée en lanières

nous couvrant d’une peau de zèbre

et les deux zèbres luttaient dans la lumière et l’ombre

marqués de rayures blanches et noires en diagonale

par les phare des voitures

plongée blanche et noire dans ta chair.

Parfois je vois encore après tant d’années

Des marques blanches et noires de zèbre sur ma peau

Étant seul à l’hôtel dans une ville du bord de mer. »

Titos Patrikios, traduction de Michel Volkovitch, Les poètes de la Méditerranée : anthologie, Gallimard, « Poésie », p. 33.

© Kedros Publishers ; © Desmos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s