Vision

Samedi 7 décembre 2013

Alors que de loin on distingue les deux tours de la bibliothèque nationale de Florence mais aussi les vestiges des remparts sur l’Oltrarno, voici les mots employés par Bernard Noël pour parler de la ville :

 

Florence

« toujours le présent fait la guerre au passé

nul corps à corps une habile trahison

la beauté offerte à l’appétit des yeux

sert de masque à la plus lente mise à mort

on vend ce spectacle en parlant de culture

il faut se vêtir chacun de solitude

pour que la présence efface le présent »

Bernard Noël, Les poètes de la Méditerranée : anthologie,

Gallimard, « Poésie », p. 658

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s