Une raison de tenir ?

Dimanche 25 décembre 2011

Le dernier opus d’Arnaud Cathrine n’est pas un roman, mais un livre de lecteurs. Il donne envie de (re)lire Sagan, Yourcenar, McCullers… de parcourir Barthes, de reprendre Sarah Kane. Beaucoup de lectures et un guide sur le chemin en perspective.

L’amour-passion : une hystérie que chacun reconnaîtra avoir vécue une fois au moins jusqu’à son terme ;une hystérie que chacun avouera s’échiner depuis à tenir en laisse et même à tamiser le plus possible pour ne pas faire fuir l’objet aimé. Paradoxe : un effort de tous les instants qui nous laisse exsangue, à terre, lors même qu’il nous rend à la vie. Tout sauf le vide et l’ennui, ressasse la Bovary qui est en chacun de nous. Alors, quand le ravage se présente, nous fonçons dans le brasier car nous savons que ce qui nous consume est aussi ce qui nous tient debout et vivant.

Arnaud Cathrine, Nos vies romancées,

à propos de Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux, Stock, p. 98

Une Réponse

  1. On ne pouvait pas mieux dire…

    29/12/2011 à 14:35

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s