Equilibre

Jeudi 8 septembre 2011

La lecture de Paule du Bouchet m’a refait butiner les poème de son père, et l’envie de marche en forêt a rencontré et associé une image de promenade passée et une ligne-poème de cet écrivain arpenteur de la lande.

 

III

Mon récit sera la branche noire qui fait un coude dans le ciel

André du Bouchet, Dans la chaleur vacante, Le moteur blanc, Gallimard, « Poésie », p. 62

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s