Nuit rouge

Mercredi 24 août

Cette fois c’est l’image, gouvernée par la loi des séries, qui s’est imposée, et a réveillé le texte.

Ça sonne un peu comme le nom d’un parfum capiteux et chichiteux à deux sous, ce titre de billet… Mais pourtant à Paris comme à Londres ici, et sur certains anneaux, à Nantes, la nuit est rouge, pas d’encre, pas étoilée. Ciel rouge de toutes les lumières concentrées, de tous les gaz et vies rassemblées là. Et pour moi les rimes enfantines comme une comptine répétitive de Calaferte traduisent très bien ce rouge urbain un peu étrange : à la fois provocantes de simplicité, énervantes et finalement attachantes.

C’est le bout

de la nuit

tout au bout

le jour luit

.

Un vent fou

insoumis

brode et coud

des rubis

.

Tout à coup

dans les plis

d’un ciel doux

alangui

.

Ce temps mou

de lavis

qui dissout

est exquis

.

C’est le bout

de la nuit

tout au bout

le jour luit

.

Il fait rouge

Londres bouge

Louis Calaferte, Londoniennes

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s