Du coton dans les oreilles

Lundi 8 août 2011

La mélodie rafraîchissante de la pluie, qui laisse place à l’horreur des armes… Il n’empêche que j’aime particulièrement le début de ce calligramme, si expressif dans la forme et la musicalité.

Guillaume Apollinaire, Calligrammes, 1913-1916

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s