Nuit

Lundi 23 mai 2011

Un très court poème d’enfance, pour célébrer le retour des nuits tièdes où les parfums s’exhalent invitant à la promenade. Moi, je le connaissais comme ça :

Poésie de la nuit

Elle est venue la nuit

De plus loin que la nuit

À pas de vent de loup

De fougère et de menthe

… mais plus récemment, j’ai retrouvé au détour d’un recueil le poème entier…

La nuit


Elle est venue la nuit de plus loin que la nuit

À pas de vent de loup de fougère et de menthe

Voleuse de parfum impure fausse nuit

Fille aux cheveux d’écume issus de l’eau dormante

Après l’aube la nuit tisseuse de chansons

S’endort d’un songe lourd d’astres et de méduses

Et les jambes mêlées aux fuseaux des saisons

Veille sur le repos des étoiles confuses

Sa main laisse glisser les constellations

Le sable fabuleux des mondes solitaires

La poussière de Dieu et de sa création

La semence de feu qui féconde les terres

Mais elle vient la nuit de plus loin que la nuit

À pas de vent de mer de feu de loup de piège

Bergère sans troupeaux glaneuse sans épis

Aveugle aux lèvres d’or qui marche sur la neige

Claude Roy

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s