Cuisine

Lundi 28 février

Pour continuer la série des arts poétiques, une nouvelle recette mitonnée par Raymond Queneau, qui m’accompagne depuis le… CP (mais oui, à cette époque là, à l’école, avant la chasse à l’hygiène et les psychoses sur la sécurité, on avait le droit de patouiller, d’apprendre à faire la compote avec des vraies pommes cueillies chez les Mémés, des économes qui coupent et des casseroles qui brûlent, et même avec des mots, pour créer des séances de dégustation).

 


« Prenez un mot prenez en deux

faites les cuir’ comme des œufs

prenez un petit bout de sens

puis un grand morceau d’innocence

faites chauffer à petit feu

au petit feu de la technique

versez la sauce énigmatique

saupoudrez de quelques étoiles

poivrez et mettez les voiles

Où voulez vous donc en venir ?

À écrire ? Vraiment ? À écrire ? »

 

Raymond Queneau, Pour un art poétique, 1948

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s