Parapluie

Samedi 4 décembre

Ghérasim Luca a aussi écrit un beau poème sur le poète « Comme le funambule », dans L’Inventeur de l’amour (1945). C’est sans doute pour cela que dans mon esprit, même « L’écho du corps » est associé à une image d’ombrelle légère… sachant que j’ai une tendresse particulière pour les parapluies depuis fort longtemps…

Silhouette noire de Nemo tendant un parapluie rouge
Mur peint de Nemo (détail), rue du Chat qui pêche, Paris, 5ème (nuit d’août 2010)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s