Nouveau

A contre-jour

Lundi 6 janvier 2014

Un peu de ciel et un bout d’horizon avec les arbres de l’enfance, en ce jour de passage des rois mages…

« Sur le ciel bleu cru de Key Largo, le palétuvier se détachait en noir, à contre-jour, et sa forme desséchée, stéréotypée n’évoquait en rien un arbre mais plutôt un insecte infernal. Josée soupira, referma les yeux. Les vrais arbres étaient loin, à présent, et surtout le peuplier de jadis, ce peuplier isolé, au bas d’un champ, près de la maison. Elle s’étendait dessous, les pieds contre le tronc, elle regardait les centaines de petites feuilles agitées par le vent, pliant ensemble et très haut, la tête de l’arbre, toujours sur le point de s’envoler, semblait-il, dans sa minceur. Elle avait quel âge, quatorze, quinze ans ? Ou bien, elle s’appuyait contre lui, la tête entre les mains, la bouche contre l’écorce rugueuse, elle se chuchotait des promesses, elle respirait sa propre haleine dans ce trouble de l’adolescence, dans cet effroi du futur et dans cette assurance. »

Françoise Sagan, Les merveilleux nuages, Julliard, p. 13-14

Publicités

Lanterne

Lundi 6 janvier 2014

lanterne en fer forgé en contre jour à SienneSienne, septembre 2013

Raconter

Dimanche 5 janvier 2014

La Fontebranda est une fontaine magique : l’été, elle parle. Après tout, les fontaines sont souvent des lieux fréquentés par les fées, tout le monde le sait. Pour moi, je n’ai rien entendu d’autre que le murmure de l’eau et la mémoire de Sainte Catherine de Sienne, mais cette petiote s’est chargée de les raconter, elle, les histoires. C’était à son papa et dans une autre langue, mais j’en ai profité ! Cela me ramène à Agnès Desarthe qui dit si bien le pouvoir de l’imagination dans les petites têtes :

« Ce que je préfère, avec les histoires, c’est me les raconter à moi-même. Je considère la rêverie comme une activité à part entière. Je la pratique avec assiduité et maniaquerie ; il me faut une certaine pose, une vue dégagée, une qualité particulière de brouhaha. L’endroit le plus propice est la voiture de mes parents. Nous roulons vers la campagne et je profite de mon droit d’aînesse sur ma petite sœur pour occuper la place près de la fenêtre. J’appuie mon front contre la vitre froide, je perds consciencieusement mes yeux dans le décor : rambarde, bas-côté, herbe pelée, talus, maisons, voies ferrées, ciel. J’enclenche le mécanisme. Je quitte l’habitacle de l’auto, je laisse ma famille derrière moi, je deviens le tout et le rien, l’univers et les personnages qui le peuplent. Une ruine au bord de l’autoroute A6 se change en château hanté, mon propre regard croisé dans le rétroviseur devient celui de la sirène, de la licorne, de la fée. »

 

Agnès Desarthe, Comment j’ai appris à lire, Stock, 2013, p. 23-24

Fontebranda, la fonte che parla

Dimanche 5 janvier 2014

fonte branda avec un papa et sa petite fille devant, SienneFonte Branda (Sienne, septembre 2013)

A vos souhaits !

Samedi 4 janvier 2014

C’est de saison : quelques souhaits pour 2014… Enfin, un de ceux d’Apollinaire, mais qui peut convenir à bien des lecteurs : des livres, des amis, une maison, un amour…

Le chat

« Je souhaite dans ma maison :

Une femme ayant sa raison,

Un chat passant parmi les livres,

Des amis en toute saison

Sans lesquels je ne peux pas vivre. »

Guillaume Apollinaire, Le Bestiaire ou cortège d’Orphée

Dentelle de marbre

Samedi 4 janvier 2014

Détail de frises en marbres sculptées autour du portail de San MartinFrise sur le portail de San Martin (Lucca, septembre 2013)

Givre

Vendredi 3 janvier 2014

Jardin dessiné sur la pierre, jardin souligné par les dentelles de glace… Il suffit de poser un regard différent sur les mosaïques qui nous entourent pour y voir des dentelles fines…

« Elle pénétra dans son jardin, le menton haut, coiffée d’une invisible couronne de sagesse. Le froid avait enveloppé chaque brin d’herbe, chaque feuille, chaque fleur tardive égarée dans l’hiver, d’une laque blanchâtre. Quelle minutie, pensa Frédelle. Pas une tige oubliée par le givre, pas une nervure, pas une foliole qui ne soit délicatement enveloppée de l’organza craquant du gel. Sous le pinceau presque horizontal du soleil blanc, les gouttelettes de rosée cristallisées fondaient en carillonnant, sans cesse ressoudées par la caresse du vent glacé qui disputait à l’imperceptible chaleur des ayons un règne dont personne ne se souciait. Elle approcha sa paume d’une rose éclose à contretemps et la retira aussitôt, craignant, par la tiédeur de la peau, de bouleverser la perfection de cette bataille spontanée dont elle ne pouvait être que la spectatrice. »

Agnès Desarthe, Le principe de Frédelle, L’Olivier, 2003, p. 157

Tapis de pierre

Vendredi 3 janvier 2014

marquetterie de arbre (motifs géométriques) au sol du baptistère san giovani, FlorenceSol en marqueterie de marbre dans le baptistère San Giovani

(complexe du Duomo, Florence, septembre 2013)

Parole de pierre

Jeudi 2 janvier 2014

Voici ma voix…

« Voici ma voix

on l’écoute derrière les portes

les murailles

elle ne parle que pour les sourds

voici ma voix

comme le bruit de la mer dans les perles

ma voix pour chaque grain de sable

pour tous les doigts de la main

pour les soldats de plomb

voici ma voix

des larmes dans les yeux

ma voix noire blanche jaune

ma voix pour fixer le soleil

ma voix les yeux baissés

ma voix fièvre

ma voix hiver

ma voix silence »

 

Gaston Massat, Les voix du poème, Anthologie dirrigée par Christian Poslaniec et Bruno Doucey, Editions Bruno Doucey, 2013, p. 27

Pièges à loup, 1935

Trésors

Jeudi 2 janvier 2014

marquetterie de marbre au sol de la cathédrale de sienneSol ornementé de la cathédrale de Sienne, Santa Maria Assunta

(septembre 2013)